2015 : Que les femmes se fassent voir !

Commentaires

Un excellent texte d’Isabelle de Gaulmyn sur son blog du journal La Croix, http://religion-gaulmyn.blogs.la-croix.com/et-si-leglise-catholique-mont... . Elle s’exprime à propos de l’ordination épiscopale de la première femme évêque dans l’Eglise anglicane d’Angleterre, écrivant « que ce visage féminin, à ce niveau, dans une telle enceinte, apporte un sacré vent d’air frais dans la cathédrale. » Quoi qu’en aient pensé les commentateurs, nombreux, qui ont compris que le sujet était le sacerdoce féminin, et qui, une nouvelle fois, se sont querellés à ce sujet, Isabelle de Gaulmyn traite, essentiellement, de l’invisibilité des femmes dans l’Eglise catholique, même de celles qui ont des fonctions et qui s’y épanouissent : « Dans une société où l’image compte, où l’on a besoin de figure incarnée, l’Eglise catholique ne peut continuer à cacher ses femmes. » Comme souvent sur ce blog, le texte est modéré, nuancé, avec une véritable intelligence des enjeux.

Il s’agit bien d’image et de représentation. On s’imagine que les femmes veulent le pouvoir à tout prix, ce n’est pas le cas. Elles désirent prendre des responsabilités dans le domaine public et les assumer, avec la visibilité qui convient. C’est ce qu’elles sont de plus en plus nombreuses à faire dans la vie professionnelle, la vie sociale et la vie politique et c’est ce que les institutions démocratiques leur permettent. Le fossé avec ce qui se passe à l’intérieur de l’Eglise ne cesse de s’élargir, source de malaise, sinon de souffrance. Enfin, l’image de la Femme est celle que les clercs, des hommes, se font d’elles et dans laquelle elles se retrouvent peu ou mal. On a besoin d’études anthropologiques sur la place des femmes dans l’espace religieux, au sens propre (liturgie) et au sens figuré (représentation au sein des assemblées).

Et je retrouve le vœu d’Anne Soupa : que les femmes se fassent voir, sans vanité, mais aussi sans vaine crainte !

Ajouter un commentaire