Et si cette année, les femmes….

Auteur.e: 
Comité de la Jupe

Oui, si cette année, les femmes annonçaient la Résurrection, à Pâques ? C’est la proposition que vous fait aujourd’hui le Comité de la jupe. Oh, ce n’est pas une idée loufoque, un «caprice féministe», une fantaisie liturgique. Non, c’est simplement la remise à l’honneur d’une de nos plus anciennes pratiques médiévales, la Visite des femmes au tombeau, ou Visitatio en latin, petit drame liturgique qui consiste à inviter les femmes, au seuil de la liturgie du jour de Pâques, (ou de la Veillée) à monter à l’autel, tandis qu’elles cherchent Jésus le Crucifié. Là, elles entendent l’ange leur dire qu’il est vivant et qu’elles doivent l’annoncer à tous. Et elles le font ! Voilà. C’est tout. La Visitatio, ce n’est que cela. Quatre petites phrases de rien du tout, mais qui ont remis la vie dans son bon sens…. La mort est vaincue, le Crucifié est ressuscité ! Voilà ce que le Comité de la jupe souhaiterait voir remis à l’honneur dans nos paroisses, dès le 8 avril prochain. Un tel geste redira mieux que beaucoup de discours combien la contribution des femmes à l’annonce de la Résurrection est essentielle. Les quatre évangiles ne racontent-ils pas qu’elles sont les premières à avoir vu Jésus vivant et à l’avoir annoncé ? Pour vous rendre mieux compte de ce qu’est la Visitatio, de son histoire, de sa raison d’être, de son déroulement concret, nous avons rédigé un petit livret que vous pouvez imprimer (format A5). Cette initiative a déjà reçu des soutiens précieux : celui de la Conférence des baptisé-e-s, mais aussi ceux du frère André Gouzes et de l’Action catholique des femmes, qui nous a rejoint par un vote unanime de son conseil. Concrètement, cette affaire a beau être modeste, elle doit se préparer. Les équipes liturgiques, sans doute, sont déjà en train de mettre au point les célébrations de la Veillée et du matin de Pâques. Si cette proposition vous séduit, il n’y a pas de temps à perdre : vous téléchargez le document joint, intitulé « La Visite des femmes », vous le transférez par mail à vos relations et amis, et vous allez en parler avec votre curé, en lui apportant le document imprimé.

Le bureau du Comité de la jupe : Françoise Caclin, Sylvie de Chalus, Michelle Colmard-Drouault, Claude Dubois, Sœur Michèle Jeunet, Gonzague Jobbé-Duval, Christine Pedotti, Estelle Roure, Anne Soupa.

Contact : comitedelajupe@laposte.fr

Commentaires

La Vie parle avec bienveillance et intelligence de la "Visite des femmes au tombeau" : http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/l-annonce-de-la-resurrection-de-jesus-une-affaire-de-femmes-06-03-2012-24904_16.php

Que de choses ignorons nous ? Merci pour toutes vos infos J'ai mis votre article sur la page ACF du site diocèsain.

Belle initiative! A tous points de vue! bravo!

J'ai transmis à l'équipe liturgique chargée de préparer la messe du jour de Pâques. Il se trouve que cette équipe est composée de trois femmes...

Je transmets immédiatement, votre magnifique proposition pour la liturgie de Pâques, à mon curé.

On en parle dans La Croix : http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/France/Pour-Paques-le-Comite-de-la-Jupe-propose-de-souligner-le-role-des-femmes-dans-l-annonce-de-la-Resurrection-_NP_-2012-03-12-777494

Voilà comment s'éloigner encore et toujours un peu plus de la Liturgie de la Messe dans l'infidélité au concile et dans la désobéissance au Magistère de l'Eglise. Toutes ces Messes avec des liturgies bricolées par des prêtres et laïcs en mal d'expressions théâtrales dans des autocélébrations destructrices font fuir de plus en plus de gens. Ces gens,comme moi, qui en ont marre d'être pris en otage n'hésitent plus à faire des kilomètres le dimanche pour retrouver une Messe dignement célébrée conformément aux règles liturgiques de notre Eglise catholique et ayant encore le sens du sacré.

Je crois que vous faites une lecture très fausse de la Constitution conciliaire sur la liturgie. Vous vous imaginez que la "vraie" liturgie serait celle qui applique une stricte, rigoureuse et uniforme application des rubriques, comme s'il s'agissait d'une recette où tout devrait être pesé et mesuré. J'ai peur que votre vison induise des comportements superstitieux et idolâtres. L'un des paragraphes de la constitution s'intitule "tradition et progrès", voici ce qu'il dit: 23. Tradition et progrès Afin que soit maintenue la saine tradition, et que pourtant la voie soit ouverte à un progrès légitime, pour chacune des parties de la liturgie qui sont à réviser, il faudra toujours commencer par une soigneuse étude théologique, historique, pastorale. En outre, on prendra en considération aussi bien les lois générales de la structure et de l’esprit de la liturgie que l’expérience qui découle de la récente restauration liturgique et des indults accordés en divers endroits. Enfin, on ne fera des innovations que si l’utilité de l’Église les exige vraiment et certainement, et après s’être bien assuré que les formes nouvelles sortent des formes déjà existantes par un développement en quelque sorte organique. Il me semble que la proposition de la Visitatio s'inscrit parfaitement dans cet esprit. C'est si vrai que nous avons maintenant l'écho que de nombreuses paroisses, y compris des paroisses cathédrales ont décidé de réintroduire la Visitatio.

Bonjour Christine. Je pense que c'est vous qui adaptez à votre sauce le texte sur la constitution. En ne respectant pas la sainte Liturgie de l'Eglise et en y introduisant des rituels non approuvés par le Saint Siège, c'est par ces pratiques et des comportements marginaux, fruits de la désobéissance, que peuvent justement subvenir supertition et idôlatrie. Ce texte sur la constitution est pourtant clair, on y trouve également ceci que vous n'avez pas mentionné et qui vous concerne : "... 22. Le gouvernement de la liturgie Le droit de régler l’organisation de la liturgie dépend uniquement de l’autorité de l’Église ; il appartient au Siège apostolique et, selon les règles du droit, à l’évêque. En vertu du pouvoir donné par le droit, l’organisation de la liturgie, appartient aussi, dans les limites fixées, aux diverses assemblées d’évêques légitimement constituées, compétentes sur un territoire donné. C’est pourquoi absolument personne d’autre, même prêtre, ne peut, de son propre chef, ajouter, enlever ou changer quoi que ce soit dans la liturgie. ... ... 28. Dignité de la célébration Dans les célébrations liturgiques, chacun, ministre ou fidèle, en s’acquittant de sa fonction, fera seulement et totalement ce qui lui revient en vertu de la nature de la chose et des normes liturgiques. ..." Vous devriez également lire "Redemptionis Sacramentum" dont en voici un extrait: " ... - 11 - Le Mystère de l’Eucharistie est trop grand «pour que quelqu’un puisse se permettre de le traiter à sa guise, en ne respectant ni son caractère sacré, ni sa dimension universelle».[27] Au contraire, quiconque se comporte de cette manière, en préférant suivre ses inclinations personnelles, même s’il s’agit d’un prêtre, lèse gravement l’unité substantielle du Rite romain, sur laquelle il faut pourtant veiller sans relâche.[28] Des actes de ce genre ne constituent absolument pas une réponse valable à la faim et à la soif du Dieu vivant, dont le peuple de notre époque fait l’expérience; de même, ils n’ont rien de commun avec le zèle pastoral authentique ou le véritable renouveau liturgique, mais ils ont plutôt pour conséquence de priver les fidèles de leur patrimoine et de leur héritage. En effet, ces actes arbitraires ne favorisent pas le véritable renouveau,[29] mais ils lèsent gravement le droit authentique des fidèles de disposer d’une action liturgique, qui exprime la vie de l’Église selon sa tradition et sa discipline. De plus, ils introduisent des éléments d’altération et de discorde dans la célébration de l’Eucharistie elle-même, alors que cette dernière, par nature et d’une manière éminente, a pour but de signifier et de réaliser admirablement la communion de la vie divine et l’unité du peuple de Dieu.[30] Ces actes provoquent l’incertitude doctrinale, le doute et le scandale dans le peuple de Dieu, et aussi, presque inévitablement, des oppositions violentes, qui troublent et attristent profondément de nombreux fidèles, alors qu’à notre époque, la vie chrétienne est souvent particulièrement difficile en raison du climat de «sécularisation».[31] ... ... - 18 - Les fidèles ont le droit d’obtenir que l’autorité ecclésiastique gouverne la sainte Liturgie totalement et d’une manière efficace, afin que celle-ci n’apparaisse jamais comme «la propriété privée de quelqu’un, ni du célébrant, ni de la communauté dans laquelle les Mystères sont célébrés».[38]... " Les différents papes et Benoit XVI aujourd'hui n'ont cessé d'appeler au respect strict et rigoureux de la sainte Liturgie, ce n'est pas pour rien.

J'ai une grande pitié de votre crispation idolâtrique sur la liturgie. Vous devriez allez à l'école des sorciers afin de vous perfectionner dans la connaissance des rites et pratiques magiques. La liturgie, est une chose bien plus belle et plus grande que les petits gestes, les petits mots et le juridisme étroit dans laquelle vous la cantonnez. La liturgie est l'acte par lequel la communauté des croyants célèbre ce qu'elle croit loue le Seigneur qui la convoque, écoute sa Parole et reçoit de lui la Grâce de vivre en communion avec lui et entre les frères et les soeurs. Je crois d'ailleurs que le pape Benoit a largement montré dans nombre de ses actes récents qu'il était ouvert à la variété des rites, y compris au respect des pratiques anciennes voire antiques, ce qui est bel et bien le cas de cette belle Visitatio.

Pages