Le Comité de la Jupe crée la Conférence des Baptisé-e-s de France!

Auteur.e: 
Comité de la Jupe

été 2009 340

Voici le discours tenu dimanche 11 octobre 2009 par Anne Soupa,
à l'issue de la Marche des Cathos Citoyens.

"Aujourd'hui, en ce lieu, maintenant, je rends grâce à cause de vous qui êtes venus, poussés par votre conscience, vous qui avez marché jusqu'ici, où nous sommes ensemble.

Notre diversité est évidente. Nous ne sommes pas "que des femmes", ou "que des laïcs". Parmi nous, il y a des prêtres, des religieux, des religieuses, des diacres, des gens de tous âges, des Parisiens, des Bordelais, des Dijonnais, des Lyonnais, des Nantais, des Strasbourgeois, des Vendéens… Et plus largement encore, dans différentes villes de France, des groupes se sont rassemblés aujourd'hui, en communion avec nous.

Je rends grâce pour ces échanges qui ont ponctué notre marche. Il est trop tôt pour en connaître l'ensemble. Mais voici quelques paroles, fortes, que nous rapporte Christine : (des exemples d'échanges produits par les marcheurs sont donnés)

Il nous est impossible désormais d'en rester à la question particulière portée au début par le comité de la jupe, celle de la dignité des femmes. Notre cause, maintenant, est plus vaste : l'horizon s'élargit. Qu'avons-nous en commun ? notre baptême! Et à cause de ce baptême qui nous a donné l’Esprit, nous croyons en la force de la parole et nous n’avons pas peur.

Un sentiment profond me pousse à rendre grâce pour notre Église qui nous a transmis le trésor de l'Évangile, ce trésor que nous devons, à notre tour, annoncer.

Mes mes ami-e-s, il est temps ! Oui mes ami-e-s il est temps de rendre compte de l'espérance qui est en nous.

Espérance ténue… mais déjà violente… Oui, violence d'une espérance qui nous pousse à prendre nos responsabilités.
On nous dit : vous voulez le pouvoir. Et bien oui, nous voulons pouvoir prendre  nos responsabilités.

Nous l’affirmons ici :
le pouvoir est une responsabilité
et la responsabilité est un pouvoir.
Alors à ceux qui nous disent : « Vous prenez le pouvoir ?»… Nous répondons : « nous  prenons nos responsabilités !"

Quelles responsabilités ? En France, les laïcs, mais aussi les prêtres et les diacres, disons "les baptisés", n'ont aucun lieu pour débattre tous ensemble, aucune instance où décider de l'avenir de leur Église et de ses missions.
Pour savoir ce qu’ils pensent, n'y aurait-il que le sondage ?
Est-il décent d'enfermer dans les cages des statistiques la voix des ces baptisés qui portent le nom incomparable de "fidèles du Christ" ? Non, il y  là quelque chose de dérisoire!

C'est pourquoi… Oui c'est pourquoi nous créons ici,
devant vous, avec vous, pour nous tous,
la Conférence des Baptisés de France,
notre maison de parole, notre assemblée commune
.

Laïcs fidèles du Christ, prêtres, diacres, religieux et religieuses, évêques et cardinaux y sont conviés, je dirais même plus, ils y sont… convoqués.
Désormais, nous tous,
nous sommes la Conférence des Baptisés de France.

Notre projet est ambitieux, mais nous nous confions au Christ, que nous voulons servir. Nous lui offrons toutes nos forces, toute notre patience, tout notre enthousiasme.
Dieu veuille que cette œuvre soit vraiment, pour nos frères et pour nos sœurs, source de liberté et de richesse.

Mais que sera La Conférence des Baptisés de France ?

Elle sera à l'image de l'ensemble des catholiques qui veulent une Église vivante.

Le premier chantier que nous ouvrons est celui de la représentativité. Et donc nous lançons un appel à ceux qui le souhaitent pour qu'ils nous rejoignent dans une instance constituante. Pour ce faire nous réunirons dès que possible des États généraux.

La Conférence des Baptisés de France qui naît aujourd'hui a trois fondements:

D'abord un attachement indéfectible à nos sources, la Bible et la grande Tradition catholique.
Ensuite, le respect fidèle de la lettre et de l'esprit de Vatican II – qui s'est ouvert il y a 47 ans jour pour jour.
Enfin, bien évidemment, la stricte parité entre les hommes et les femmes.

La Conférence des Baptisés de France aura besoin de moyens. Car… Même si nous sommes pleins d'ardeur, il nous faudra des bonnes volontés, un minimum de ressources, beaucoup de discernement et beaucoup, beaucoup de créativité… Elle aura besoin de vous et de beaucoup d'autres…

La Conférence des Baptisés de France se donne pour commencer trois missions, qui sont trois véritables ministères : les ministères de l'Écoute, de la Bénédiction, de l'Espérance.


Un ministère de l’Écoute :
Si nous voulons encourager la liberté de la parole pour les catholiques, nous voulons aussi écouter les souffrances, les joies et les aspirations profondes des hommes et des femmes de ce temps. Il importe que l’Évangile leur soit annoncé, vraiment, au cœur de leur vie.

Un ministère de la Bénédiction :
Nous voulons sans nous lasser reconnaître ce qui se fait de bon et de beau dans le monde, les actes d’amour, de générosité, de compassion, de pardon et de partage. Tout simplement voir Dieu à l’œuvre… Et le louer !

Un ministère de l’Espérance :
Nous croyons que l'être humain aspire profondément à rencontrer Dieu, et que Dieu lui offre la vie en abondance. Nous devons annoncer cette sollicitude de Dieu envers chacun et chacune, et pour l'humanité toute entière.

Ce soir, ce 11 octobre 2009,
en cette place St Sulpice de Paris, d'où partit au 17e siècle un nouvel élan missionnaire,
tous ensemble,
nous sommes la première expression
de la Conférence des Baptisés de France.

Désormais, vous en êtes les ambassadeurs ! Portez l'appel ! Portez le à tous et à toutes –

ils sont nombreux ceux qui vous attendent,
dans les paroisses, dans les mouvements, dans les services, dans les communautés, dans vos familles.

Vous êtes venus dans la confiance, repartez dans l'espérance.

Et que Dieu, dans sa bienveillance,
nous accompagne et nous bénisse !

Anne Soupa

2009-10-11 745v2

Commentaires

@martine Faïsse; Je suis de loin d'être intégriste , je suis vraiment quelqu'un d'ouvert au dialogue mais pour moi après maintes lectures, aussi bien théologique ou ceux des saints, je suis convaincu que le sacerdoce pour les femmes est une hérésie pas moins que ça. J'ai fait mes recherches sans connaitre ce que Jean Paul II avait dit de cela mais en effet si j'avais été pape j'aurais agit exactement comme lui ces-à-dire, j'aurais coupé court à tout dialogue sur ce sujet comme il l'a fait. Et malheureusement à tort peut-être, le comité de la jupe est vu comme un mouvement qui cherche tout doucement à introduire le sacerdoce ministériel des femmes dans l'Église , je pense que c'est l'une des raisons qui fait qu'il suscite tant de méfiance dans l'Église.

@Fred sur le sacerdoce des femmes, Le Comité de la Jupe, celles qui le représentent dans les médias, sont régulièrement interrogés sur cette question du sacerdoce des femmes. Nous indiquons avec constance que nous avons une opinion, mais que cette question ne fait en aucune façon partie des "revendications" que nous avons sur les discriminations envers les femmes. En revanche, nous pensons qu'il n'est pas bon qu'une telle question soit déclarée interdite. Nous ne sommes pas les seules à regretter cet état de fait, de nombreux théologiens de très grand renom et d'une indiscutable fidélité à la Tradition catholique, ont exprimé leur regret et même leur opposition à cette interdiction, y compris ceux qui sur le fond était en accord avec le pape. En tout état de cause, nous considérons que la question du sacerdoce des femmes n'est pas, très loin de là, une priorité. Quand à la méfiance que nous susciterions, je ne sais pas à quoi vous faites allusion. Les messages de sympathie et de soutien se bousculent sur nos mails et nos téléphones, ils émanent de nos amis qui sont parfois de "simples" baptisés, souvent des prêtres, des théologiens, des évêques. Le temps viendra peut-être où nous souhaiterons que ces soutiens amicaux s'expriment publiquement. Pour l'heure, nous sommes un mouvement de baptisés à peine naissant, et puisque nous usons de la situation de responsabilité qui est celle de notre baptême, il n'y a aucune raison pour que nous nous abritions derrière une autre autorité, fusse-t-elle celle d'amis éminents dans la hiérarchie ecclésiastique. Christine pour le Comité et la CBF en train de naître

Enfin un peu d'air frais dans cette Eglise qui se dit universelle mais reste romaine et cléricale. L'un des problèmes à regarder en face c'est celui des prêtres. Homme ou femme, marié(e) ou pas, là n'est pas la question. Mais n'a-t-on pas dès les premiers siècles continué à fonctionner avec le modèle du prêtre juif, intermédiaire entre Dieu et les hommes, entre le divin sacré et l'humain ? (Comme d'ailleurs le prêtre dans les religions "païennes") On a oublié que l'Eglise est un peuple de prêtres, de prophètes et des rois...c'est le lot de tout baptisé et pas seulement de ceux qui se prétendent plus spécialement appelés. Nous sommes tous appelés à vivre notre baptême dans sa plénitude . Le sacerdoce pour les femmes, NON si c'est pour reproduire celui qui est actuellement vécu par des hommes. Les premiers presbytes étaient choisis dans les communautés pour être au service de leurs frères, sans doute au vu de leur sagesse et de leur vie en conformité avec l'Evangile. On peut penser qu'ils avaient derrière eux une certaine expérience de la vie familiale ou professionnelle...Et qu'étant arrivés à un certain âge ils n'avaient plus à faire la preuve de leur valeur ni a faire carrière... Est-ce qu'on ne s'est pas un peu fourvoyé en appelant à la "vocations" sacerdotale des jeunes (hommes) qui ne connaissent presque rien de la vie (et surtout rien des femmes !!!) et qui vont essayer pour certains degravir les échelons des dignités ecclésiastiques... Chacun essaie de tirer l'Esprit Saint de son côté...mais on peut tout de même se demander s'il n'est pas "interdit de séjour au Vatican...

Je suis de Lyon et je rentre de l'après-midi passée avec 50 personnes réunies pour manifester notre soutien et dire nos espérances, nos soucis, nos déceptions. oui, nous voulons compter dans cette église dont nous sommes membres à part entière. Et manifester notre désir de participer aux décisions de l'Eglise.

50 à Lyon, en communion avec les parisiens, la dynamique est lancée meme si ns avions besoin d'un temps différent ! on passe ce soir sur France 3 Rhone Alpes a bientot amitiés MH

Bravo! Merci! Enfin! PAUL

bravo pour votre initiative. Je participerai volontiers à vos activités. Jean-Claude Eslin revue Esprit et Centre Sèvres

Merci à vous tous bon courage nous sommes avec vous. les montalbanaises, et montalbanais.

J'y étais, ce fut très émouvant de se rassembler et d'entendre une parole riche, fournie, qui fusait pour dire son amour pour l'Eglise de Jesus-Christ et les obstacles, les frustrations, les écœurements rencontrés en chemin. Ce fut beau et digne, un cortège de 300 personnes marchant en tête de tous ceux qui n'avaient pas pu être là. Et qui fait aussi la joie de ceux, qui ne partageant par notre foi, attachent de l'importance à la parole de l'Eglise. Ce fut historique sûrement. Il a avait de quoi, des paroles mûries, ciselées, sincères et qui touchaient au cœur, directement, au-delà de la diversité des personnes réunies. Un moment courageux aussi, même si Anne Soupa ne se sent d'aucun courage, et pense surtout à tous ceux qui ne peuvent pas parler. Baptisés et Citoyens: Voici une Bonne Nouvelle, je vous la transmets, et vous pouvez la transmettre, elle donnera de la joie!

Voilà, j'étais hier à la marche, et je voulais dire à Anne et Christine, et à ceux et celles qui les ont aidées, un grand grand merci pour cette journée, pour le Comité de la Jupe... ...et pour la conférence des baptisé e s de France. Merci de mettre votre compétence intellectuelle au service de ceux et celles comme moi, qui ont des intuitions, mais n'ont pas la formation suffisante pour l'exprimer dans le respect de la Grande Tradition Catholique. Oui, l'église catholique est ma mère, et confusément, à cause de cette Tradition, je sens que c'est chez elle que je veux rester. Alors, vraiment, un grand merci. Dans les 2 années qui viennent, du fait de mon travail et de ma charge régionale au sein de la Communauté Vie Chrétienne, j'ai peu de temps à consacrer à la conférence, mais peut-être j'aurai le temps de participer aux Etats Généraux, si ça se passe un dimanche comme la marche. J'attends des nouvelles. Mais comme justement je travaille, j'ai un peu de ressources. Alors je vais vous envoyer une participation aux frais. Vous recevrez cela dans les jours qui viennent. C'est le moins que je puisse faire (je suis déjà adhérente). Encore encore un grand merci pour cette belle et bonne journée.

Pages