Les 10 ans du Comité de la jupe, ça se fête!

Rubrique: 
Auteur.e: 
Anne Soupa
Date: 
12/11/2018
 
Cher.e ami.e du Comité de la Jupe,

10 ans déjà que le Comité de la Jupe existe! Vous souvenez-vous ? En novembre 2008, le cardinal Vingt-Trois déclarait « qu’il ne suffisait pas d’avoir une jupe, mais qu’il fallait aussi avoir quelque chose dans la tête ». 

Nous fêterons ce dixième anniversaire samedi 1er décembre de 13h30 à 17h30, à Paris, par une belle fête à laquelle vous êtes invité.e (infos ci-dessous). 
 
Pendant ces dix ans, nous avons retroussé nos manches... Nous avons publié une cartographie des pratiques discriminatoires pour les femmes dans les paroisses, la brochure de la Visitatio pour faire intervenir des femmes dans la liturgie du matin de Pâques, nous avons mené des actions de militance nombreuses, en particulier contre la séparation des garçons et des filles pour les enfants de chœur, et une importante production éditoriale. 
 
L’honnêteté nous pousse à dire que le bilan de notre action nous laisse sur notre faim... La situation des femmes a-t-elle bougé dans l’Église depuis 10 ans ? Á peine…. Mais la honte, si honte il y a, est d’abord celle de l’institution-Église qui pendant tout ce temps, n’a rien entrepris de son plein gré pour faire accéder les femmes au diaconat, à la prêtrise, à la proclamation d’homélies et, d’une manière pus large, à l’exercice de responsabilités de gouvernement. Les quelques nominations qui ont eu lieu, toutes consultatives, sont presque une injure devant l’ampleur de la discrimination subie. 
 
Pour en revenir au Comité de la jupe, pris dans un contexte difficile, marqué par une poussée de mouvements traditionnalistes, son bilan doit s’apprécier autrement. 
Il est d’abord d’avoir eu une parole claire et forte en matière anthropologique : il a réaffirmé haut et fort qu’une femme est un être humain à part entière et qu’elle génère les mêmes droits et les mêmes fonctions que les hommes. Le Comité de la jupe est le seul à défendre l’égalité complète, hommes et femmes, dans la gouvernance de toutes les communautés religieuses, en particulier dans l’Église catholique. Son rôle est, ensuite, de faire rempart à toutes les pratiques discriminatoires que certaines paroisses, mouvements ou écoles catholiques, voudraient instaurer. Et elles sont nombreuses ! 
 
Pour que l’action du Comité de la jupe soit efficace, il est donc indispensable que sa parole retentisse avec force. Il faut qu’il grandisse. En effet, si le Comité de la jupe est bien identifié, il reste encore une trop petite association, alors qu’il tient une place essentielle, non seulement dans l’Église, mais aussi dans l’opinion publique. 
 
Pour toutes ces raisons, votre présence samedi 1er serait un signe fort de soutien, non seulement à ce que nous avons entrepris, mais à ce que nous représentons. Venez vous joindre à nous, parlez-en autour de vous, parlez de nous, aidez-nous par toute manière qui vous semble adaptée à votre situation. 
 
Avec notre gratitude et notre amitié, 
pour le Conseil d’administration, 
Anne Soupa, présidente. 
 

INSCRIPTIONS ICI

Date: 1er décembre 2018 de 13h30 à 17h30

Lieu: maison des jeunes de Saint Médard ( salle "Carré Censier")

14 rue Censier, 75005 Paris

Accès: Ⓜ️ 7 Censier-Daubenton Ⓜ️5 Saint-Marcel Ⓜ️10 Jussieu RER C Gare d'Austerlitz

Bus 67 Buffon La Mosquée, Bus 47 Censier Daubenton

 

Déroulé de la journée:

 

13h30: accueil des participant.e.s

 

14h: assemblée générale du comité de la jupe suivie d'un café gourmand

 

15h: table ronde

 

Anne Soupa (présidente): présentation du comité et de son actualité, bilan des 10 dernières années d'action

2nde intervention: tour d'horizon mondial des actions féministes et anti-sexistes pour changer l'Eglise

 

15h45: pause désaltérante

 

16h: ateliers de réflexion et d'échanges (pour agir!)

Sur les thématiques:

  • Quand l’Eglise parle du corps des femmes.

  • Egales et égaux en droits, c'est-à-dire ?

  • Les femmes dans la vie en église : où sont-elles ?

  • L’enseignement catholique : tou.t.e.s en bleu et rose ?

  • L’Eglise ne parle-t-elle qu’au masculin ? 

 

17h: restitution des ateliers

 

17h30: conclusion de la rencontre par Christine Pedotti (vice-présidente)