Participez à la carte de France de l’exclusion des femmes de la liturgie

Auteur.e: 
Comité de la Jupe

Dans un certain nombre de paroisses catholiques les jeunes filles et les femmes sont exclues des fonctions liturgiques ouvertes aux laïcs comme le service de l’autel (enfants de chœur), la distribution de la communion et les lectures.

Beaucoup de femmes sont blessées dans leur dignité par cette discrimination basée sur le sexe, par cette mise en scène de la plus grande importance reconnue aux hommes, par cette complémentarité qui est une domination puisque de leur côté les hommes ne sont exclus de rien et que des hommes décident de la place des femmes. Elles ne demandent pas un droit personnel : simplement que soit reconnue leur capacité à servir.

Beaucoup d’hommes partagent le malaise de leurs sœurs devant ces chœurs entièrement masculins, que l’on sacralise par la séparation des purs et des impures. Ils sont sensibles à l’injustice faite à leurs sœurs tenues à l’écart dans l’assemblée. Ils se demandent même s’ils ont vraiment leur place dans une assemblée perçue uniquement selon l’image de « l’épouse du Christ » à qui l’on demande d’acquiescer de loin à l’action des hommes ministres en raison de leur sexe.

Certaines personnes instruites du droit de l’Église rappellent enfin que l’exclusion des femmes de la distribution de la communion et des lectures n’est pas permise par le droit canonique car elle lèse l’égale dignité et activité des fidèles du Christ. Concernant les enfants de chœur, elles croient que l’opération de recrutement de futurs prêtres risque de faire des femmes des fidèles de seconde zone.

A toutes et tous, le Comité de la Jupe propose de participer à la première

Cartographie des pratiquesd’accueil  ou d’exclusion des femmes dans la liturgie des paroisses

Notre but est de :

  • Donner une information aux femmes et aux hommes qui souhaitent rejoindre une communauté manifestant leur égale dignité ;

  • Rendre visible l’exclusion des femmes afin que les pratiques arbitraires et silencieuses de certains curés soient débattues ;

  • Faire prendre la mesure par nos évêques des exclusions non autorisées par le Droit canon, concernant la distribution de la communion et les lectures.

Remplissez dès aujourd’hui le rapide formulaire ici-même et faites-suivre cet article à vos contacts et dans vos réseaux sociaux.

Toutes et tous ensembles, refusons l’exclusion !

Comité de la Jupe


Exclusion des femmes de la liturgie. Carte des paroisses de France et d'ailleurs suivant leurs pratiques

(clic) Contribuez vous aussi à compléter la carte en utilisant le formulaire (déroulez le formulaire en manipulant l’ascenseur à droite du cadre avec la souris) et transmettez-le nous en cliquant à la fin sur le bouton "Envoyer".

<!--

Loading...-->

Carte des paroisses

Filtrez les paroisses suivant l'un des cinq critères du panneau de droite

_c2m_user = "gonzague";
_c2m_map = "Carte_des_paroisses_catholiques_selon_la_participation_liturgique_des_femmes";
_c2m_widget_width = "700";
_c2m_widget_height = "600";
document.write('');



Agrandissez la carte des paroisses catholiques selon la participation liturgique des femmes

zp8497586rq

Commentaires

@ Anne-Marie, Nous utilisons un outil qui n'a pas été conçu spécialement pour cet usage, alors tout n'est pas ajusté. Il ne faut pas tenir compte de la liste de paroisses qui s'affiche à gauche de la carte. Elle apparait automatiquement sans que nous le voulions et est effectivement inutile. Certaines paroisses ont été arbitrairement placées dans une commune quand l'adresse renseignée n'était pas plus précise. Effectivement ce n'est pas grave car dans une petite commune, tous les clochers sont de la même paroisse et du même curé. Pour les symboles : de fait l'exclusion des lecture ne va pas sans celle de la distribution de la communion et du service de l'autel ; l'exclusion de la distribution de la communion ne va pas sans celle du service de l'autel. Donc un seul symbole désigne la situation de la paroisse. Mais le symbole de la ségrégation des filles dans un "service de l'assemblée" a un statut spécial. Puisque cette ségrégation est une modalité particulière de l'exclusion du service de l'autel, elle est précisée partout où elle existe, parfois en plus des symboles rouges.

Oui, excellente initiative, la carte sera très signifiante, mais je rejoins Anne-Marie pour demander d'indiquer à propos de chaque paroisse non seulement le département, mais la ville concernée.

Au moins, au Puy en Velay, les tenues des filles, qui n’ont pas droit à l’aube, sont belles, capes longues et blanches qui enveloppent la silhouette. A Bazas, le ridicule le dispute à la laideur (http://www.egliseenbazadais.fr/album/messe-des-rameaux-2011/3). Pauvres fillettes affublées d’une tenue semblable, avec ce petit fichu qui emprisonne leurs cheveux, comme si on avait peur de leur séduction féminine. Pauvres parents, pauvres catéchistes, qui acceptent une tenue humiliante pour ces filles. Comment vont-elles grandir, qu’auront-elles intériorisé ?

@ Valérianne "Le pape ne le souhaite pas"? Qu'est-ce que c'est que cette histoire? On vous ment, Valérianne, et vous avez les moyens de le prouver. Allez voir l'article: "filles enfant de choeur: l'exemple vient de haut", sur ce même site du comité de la jupe. Vous y verrez qu'en août 2010, le pape a reçu une vaste délégation de servants d'autel venus du monde entier, filles et garçons, et que son homélie s'est adressée explicitement aux une et aux autres. Consultez aussi l'article "Communion et lecture; vous êtes dignes de servir", toujours sur ce site. Vous y trouverez des conseils sur la marche à suivre. Mais ne baissez pas les bras! Cette situation est absolument choquante, et ne rien dire serait une approbation implicite. Et ne restez pas seule! Vous n'êtes pas seule... L'allocution de Benoit XVI aux servants et servantes d'autel est disponible à l'adresse suivante: http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1008101_audience sur le même site, on peut trouver le texte original (en grande partie en allemand, les jeunes réunis à rome ce jour-là étant majoritairement de langue allemande).

Il faut être conscient que parfois les prêtres voudraient bien faire évoluer les choses mais n'osent pas bousculer certains paroissiens et même paroissiennes.

Je sais que ce propos sera censuré, mais je trouve absolument abominable (pour ne pas dire plus) le système de délation anonyme que vous avez mis en place. Que souhaitez-vous ? faire peur aux curés pour qu'ils embauchent des filles enfants de choeur ? Vous êtes en train de mettre la zizanie et la division dans notre pauvre Eglise. Etonnez-vous après si les fidèles les plus convaincus ejoignent les communautés "tradi". Au nom de la Liberté il faut condamner ce genre d'initiatives. Il ne faudrait pas confondre l'Eglise avec une société de gymnastique ou une succursale du PS.

En quoi le fait de faire savoir des faits parfaitement publics est-il de la délation? La zizanie comme vous dites n'est-elle pas l'oeuvre de ceux qui séparent, qui repoussent les femmes et les petites filles comme indignes. S'ils sont convaincus, de leur soi-disant bon droit, qu'ils s'en expliquent, qu'ils donnent leur raisons! Soit ces pratiques sont injustes, discriminantes et causes de scandale, et il faut autant qu'il est possible les condamner et les extirper, soit elles ont des justifications raisonnables et nous demandons à les entendre et à en juger. Mais jusqu'à preuve du contraire, ceux qui causent le scandale ne sont pas ceux qui disent que ces pratiques existent mais ceux qui les instaurent. Avec vos arguments, on a cachés les crimes pédophiles pendant des années en faisant croire aux victimes que c'était elles qui causaient le scandale. La liberté dont vous vous drapez est celle dont se servent les puissants pour faire taire les faibles. Et contrairement à ce que vous croyez, l'Église est un espace de liberté et de droit, en particulier de droit à la parole. L'Église quoique vous puissiez le regretter n'est pas une société fasciste qui plie devant les petits ou grand chefs. L'égale dignité de tous y est garantie selon le droit.

@Albert: je n'ai qu'une seule réponse pour vous, Albert: si le Christ revenait physiquement aujourd'hui, Il serait le premier à condamner publiquement ces exclusions, comme Il a condamné toutes les autres....Il s'agit de savoir si nous suivons les Evangiles, ou si nous fondons une caste de privilégiés. Avez vous des enfants ? avez vous des filles ? avez vous déjà vu une de vos enfants revenir brûlante de honte parce qu'elle avait subi une exclusion en tant que petite fille?Il est intolérable qu'on prétende aux êtres de sexe féminin qu'elles sont indignes de s'approcher de Dieu parce qu'elles donnent la vie, cette vie que l'Eglise clame défendre...

D'accord avec Christine: parler de "délation" pour des pratiques publiques est un abus de langage. Et je ne vois pas en quoi les communications faites sur ce site sont "anonymes". Si c'est "l'anonymat" qui choque Albert, je ne vois aucun inconvénient à ce que le nom des correspondants soit affiché. Je m'appelle Anne-Marie Lesage de la Haye, j'habite Marolles dans le Loir-et-Cher, et je suis heureuse de vivre sur un secteur pastoral où aucune discrimination selon le sexe n'est pratiquée. Et si un autre prêtre arrivait, et qu'il veuille nous faire changer de pratique, je ne serais pas la seule à faire du foin. Si je puis dire, sur cette terre éminemment céréalière! Réponse à Anne D. Les prêtres qui "voudraient bien faire évoluer les choses", comme vous dites,devraient quand même savoir que cela fait trente ans qu'il y a des filles parmi les servants d'autel. En l'occurrence, "l'évolution" à laquelle nous assistons est une évolution en sens inverse, vers une ségrégation plus grande que celle précédemment pratiquée. Et cette évolution est imposée par des prêtres à des paroissiens qui n'en peuvent mais. Ces prêtres-là se moquent bien de "bousculer" ou pas leur paroissiens: ils sont royalement convaincus d'avoir raison, et d'être là pour imposer la juste ligne.

Bonjour, Concernant la commune d'appartenance de la paroisse, il suffit d'agrandir la carte pour la trouver. Vous pouvez zoomer autant que vous voulez.

Pages