Je suis en colère

Auteur.e: 
Monique HÉBRARD

La lecture d’un papier de La Croix du 11 février m’a mis dans une colère noire. Il révèle que c’est une femme – Marthe Gauthier, une grande pionnière de la recherche en biologie cellulaire - qui a découvert en 1958 l’anomalie chromosomique cause de la trisomie 21. Or le premier article relatant cette découverte fut signé en premier par Jérôme Lejeune. On sait que le premier signataire dans les revues scientifiques est le premier et principal découvreur. Celui-ci est donc passé dans l’opinion publique pour le grand découvreur de la trisomie 21.

Or le 31 janvier dernier, Marthe Gauthier devait tenir une conférence sur cette découverte et recevoir le grand prix de la Société française de génétique humaine. Une délégation de la Fondation Jérôme Lejeune est intervenue pour l’empêcher de parler et de porter ainsi tort à la mémoire de cet homme adulé par une partie des catholiques (et par feu Jean Peul II) et dont la cause de béatification est en cours.Bien sûr les amis de Jérôme Lejeune dénoncent la parole de Marthe Gauthier.

Je n’ai aucune compétence pour juger de l’affaire, mais c’est tellement banal que des hommes récupèrent, du haut de leur autorité masculine, le travail des femmes !

Maria de Lourdes Pintasilgo qui fut premier ministre du Portugal en 1979, ambassadrice du Portugal à l’Unesco et députée socialiste au Parlement européen en 1987, me racontait un jour ce que toutes les femmes qui siègent dans des instances scientifiques, politiques, ecclésiales, ont vécu : une femme énonce une hypothèse, propose une action… et cela tombe dans le silence. Quelques minutes plus tard un homme répète la même réflexion ou proposition, et celle-ci est accueillie dans l’enthousiasme.

« La femme » fut longtemps considérée comme une imbécile, et cela reste ancré quelque part dans le subconscient masculin. Vraiment nous avons bien besoin que la réflexion sur le gender aide la société à faire la part entre la différence biologique qui fonde une certaine différence entre les femmes et les hommes, et les schémas caricaturaux imputés à l’un et à l’autre.

Monique Hébrard

Commentaires

C'est un vol de vie avec préméditation qu'ont perpétré deux indignes, le Professeur Turpin et J. Lejeune, il y a presque 60 ans. C'est ce qui résulte de nombreux articles articles publiés suite à l'affaire de cette fin janvier à Bordeaux. La plupart sont accessibles aux non abonnés et celui du Monde montre une photo de Marthe Gauthier, 88 ans, à Bordeaux. Rien sur le Figaro, article payant sur La Croix. http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/03/trisomie-une-pionniere-intimidee_4359331_1650684.html Ces articles précisent la contribution de chacun à la découverte: - Pr Turpin, père de l'intuition qu'il fallait chercher dans cette voie, - Marthe Gauthier, alors Chef de clinique à 33 ans poussée par le Pr Robert Debré. Elle a créé à ses frais, sur demande du Pr Turpin, le 1er embryon de labo de recherche cellulaire de France, - Jérôme Lejeune, médecin stagiaire du CNRS, a pris les clichés car seul à disposer du labo équipé pour ce faire. Le CEF va-t-elle annoncer publiquement qu'elle ne peut plus soutenir une fondation dont l'origine est si contraire à la vocation affichée et qui vient de prouver par ses manières et procédés qu'elle est indigne? Sûrement pas! Elle va faire le dos rond, en silence (comme le Figaro), même si elle conseillera discrètement à l'administration du Vatican de geler, pour un temps, le projet de béatification.

allez vous sortir de ce rôle de victime ça devient trop : obligation de Parité au Gouvernement ,dans les conseils d'administration des entreprises ,sur les plateaux de télé , déconstruction des soit disant stéréotype dans les écoles où on suppose que les petites filles sont lésé (victime) par rapport aux petits garçons ...puisque tout est la faute des hommes créez vos entreprises où vous engagerez que des femmes et on verra si les hommes crieront à la parité ,construisez vos labo et on verra si on aura la parité dans les prix Nobel. Il se déroule à ce moment les jeux olympique d'hiver je vous invite à étudier par exemple le domaine sportive et vous verrez que quasiment aucun sport n'a été crée par une femme et qu'à chaque fois il faut des années pour que les femmes s'y intéressent. Il faut absolument arrêter cette victimisation.

Oh, que ça fait plaisir, de publier une belle expression de sexisme bien primaire, bien droit dans ses bottes. Merci de nous rappeler que des gens comme vous existent! Je traduis en clair ce que vous dites: les femmes n'ont pas d'esprit d'entreprise, elles ne sont pas assez intelligentes et créatives pour prétendre à obtenir des Nobel et en plus, elle n'ont pas inventé de sports et ne s'y intéressent pas. Il est vraiment temps en effet de cesser la victimisation, que les hommes redeviennent des héros virils et remettent les femmes faibles d'esprit et de constitution sous tutelle car quand les femmes sont minorées ou assujettis ce n'est pas injuste car leur nature et leur faiblesse l'exige. En gros, même, oson le dire, c'est pour leur bien! Merci, merci, merci!

Merci Christine! Entendu cet hiver lors de JO de Sotchi: Le saut à ski n'a été autorisé pour les femmes que cette année aux JO (et ce n'est pas faute pour les femmes de s'y intéresser), car, il y peu, on croyait encore au Comité Olympique que cette discipline était dangereuse pour leur santé gynécologique (!). Et oui, nous sommes pourtant au XXI° siècle (re-!)

@Thomas Vermaelen Ce que vous considérez comme un "rôle de victime" est tout simplement l'expression de personnes humaines qui ne jouent aucune comédie. Elles constatent, au jour le jour, que leur humanité n'est pas pleinement et équitablement reconnue quand, avec toutes les compétences requises, avec la conviction de connaître leurs objectifs, il leur faut sans cesse donner des preuves que leur féminité n'entrave pas le déroulement normal de leurs projets, de leur carrière. Dans ce raisonnement, il n'est pas question de victimiser les messieurs, mais simplement de considérer qu'une moitié de l'humanité n'est pas éternellement destinée à fixer les limites des capacités de l'autre moitié.

Puis-je inviter Arnolphe-Thomas à relire la scène 2 acte 3 de l'école des femmes? Cet extrait synthétise le comique effronté, si populaire alors à la cour, et qui à tant fait pour envoyer les tartufferies au piquet et ouvrir la voie aux lumières: Du côté de la barbe est la toute-puissance. Bien qu’on soit deux moitiés de la société, Ces deux moitiés pourtant n’ont point d’égalité : L’une est moitié suprême, et l’autre subalterne : L’une en tout est soumise à l’autre qui gouverne.

Mon propos est juste le ressentiment d’un homme qui en a marre, qui ne supporte plus ce lynchage .Personnellement je pense qu’aussi longtemps qu’on n’envisagera pas la question « qu’est-ce qu’être homme et qu’est-ce qu’être femme » sans être immédiatement soupçonné de vouloir essentialiser les différences, de vouloir caricaturer et figer les rôles on n’arrivera jamais à comprendre pourquoi par exemple dans le top 30 des Young Entrepreneurs (pourtant de génération Y) il n’y a pas plus de 3 femmes ,pourquoi ou presque aucune femme n’a créé un sport professionnel ou pourquoi une telle inégalité dans les prix Nobel scientifique . Je vous donne rendez-vous dans 20 ans avec la génération de l'abcd de l'égalité et on verra .En attendant espérons que ces programmes n’auront pas trop dégâts sur nos enfants .

Chers Thomas, peut être que vous n'arrivez pas à comprendre certaines choses, mais on peut vous y aider: Pourquoi les femmes sont peu nombreuses dans le Top 30 des Youngs Entrepeneurs? Peut être parce que les financiers ne les ont pas suivis en se disant que c'étaient des femmes qui risquaient de devenir des mères, et de ne plus autant s'investir dans leur entreprise. (je ne pense pas que l'on puisse être Young Entrepreneur après la ménopause, si?) Pourquoi aucune femme n'a créé de sport professionnel? Parce qu'elles n'ont peut être pas de temps à perdre avec quelque chose d'aussi futile. Quand l'inégalité dans les prix Nobel scientifiques, elle est criante: aucun homme n'en a eu 2, Marie Curie oui.

@Monsieur Thomas, auriez vous osé dire aux personnes de couleur vivant sous un régime d'apartheid: "cessez ce rôle de victime , enfin!"? Le racisme et le sexisme ont la même racine: si l'autre est différent, c'est pour être défini par ceux qui ont le pouvoir, mis à une place déterminée, et exploité dans ses capacités sans que celles ci soient reconnues. La situation des femmes est un problème politique, qui n'a rien à voir avec la "victimisation": les hommes exercent 89% du pouvoir économique,(11% de femmes chefs d'entreprise), 77% du pouvoir politique(23% de femmes députées et sénatrices), pendant que les femmes effectuent 89% des tâches ménagères, et 60% des tâches éducatives. Parce qu'elles le veulent bien ????? Mais par curiosité, que faites vous sur ce site si vous estimez que nos connaissances devraient se borner à"connaître un pourpoint d'avec un haut-de -chausses" (Merci, Molière!), et qu'en plus ,nous ne devrions pas nous plaindre?

Avez-vous songé cher Thomas que se poser la question "qu'est-ce qu'être un homme" ou "qu'est-ce qu'être une femme" ne va pas du tout de soi? Jamais un citoyen romain n'aurait pu imaginer en effet que lui-même et l'esclave enchaîné dans l'étable de sa villa puissent être réunis sous le vocable "homme" et qu'une même définition puisse s'appliquer à eux. On définissait alors ce que c'est qu'un citoyen, ce que c'est qu'un esclave, ce que c'est qu'une matrone, etc. Sans remonter de deux millénaires, au XVIIe siècle, en France, on classait les personnes selon leur naissance. On définissait ce que c'est qu'un noble, qu'un bourgeois, et le reste n'était parfois que "gueux". Je pourrais bien entendu évoquer aussi l'Inde et ses castes. Aujourd'hui où ces catégories ont disparu, on veut désormais classer les individus en deux groupes, hommes et femmes, en tentant de justifier cette nouvelle répartition sur des critères biologiques. Sont-ils plus pertinent que ceux de la naissance ou de l'éducation reçue? Etre un homme, être une femme, il y a plus de réponses à cette question que d'hommes, plus de réponses que de femmes. Sans compter qu'être une femme en France aujourd'hui, être une femme en Afghanistan, être une "femme d'affaires" sans enfant ou une mère de famille nombreuse seule avec un contrat précaire... ce sont des situations bien différentes. Quant aux questions (pertinentes) que vous posez, (top des Young entrepreneurs, etc.), bien des chercheurs se les sont posées aussi, et ils ont étudié les phénomènes (complexes) qui peuvent les expliquer. C'est ce que l'on appelle les "gender studies", ou études de genre, qui n'ont rien d'une théorie, mais se posent précisément les mêmes questions que vous. Lisez-les, cela devrait vous intéresser. De quel lynchage parlez-vous? Cet article s'indigne d'une injustice, cela n'a rien d'un lynchage... Ce n'est pas parce qu'on pointe des injustices dont des femmes sont victimes qu'on appelle à la haine contre les hommes!!!! Au contraire, les hommes ont tout à gagner à davantage d'égalité, comme pourraient en témoigner tous les hommes qui aimeraient bien prendre un congé parental mais n'osent pas, parce que cela n'est pas encore entré dans les mentalités (il y a eu un article dans Le Monde à ce sujet il y a quelques mois. D'ailleurs, je peux vous dire qu'il y a beaucoup de femmes bien plus "machos" que les hommes! C'est un système injuste que l'on attaque, pas vous personnellement en tant qu'homme! De quoi avez-vous peur pour les enfants? Avez-vous seulement lu ces ABCD de l'égalité? Croyez-vous que lutter contre le sexisme ce soit faire du mal aux enfants?

Pages