Rubriques et derniers articles de la Jupe

École de prestige et obscurantisme religieux

31/10/2016
Il y a des jours où on se dit que le talent de certaines écoles à former des élites devrait aller de pair avec un discernement plus solide en matière religieuse.
Une récente interview (http://www.paris.catholique.fr/on-ne-nait-pas-homme-on-le-devient.html) du père Philippe de Maistre, aumônier au Collège Stanislas, soutenant les camps Optimum de l’Emmanuel, interrogé sur « la crise de la masculinité », laisse entrevoir une inquiétante conception de Dieu.

À vos livres, prêts, votez !

26/10/2016
Cher.e.s ami.e.s de la Conférence,
Voici venir le temps de la désignation de notre Deuxième Prix Littéraire.
Tout au long de l’année 2016, notre Comité de Lecture s’est réuni – physiquement ou par la voie d’internet – afin de sélectionner chaque mois un livre qui puisse alimenter notre recherche de vie spirituelle ou nous permettre de mieux appréhender les problèmes de notre société ou toute question présente dans le débat actuel des idées.

Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !

21/10/2016

Les mouvements masculinistes ont de plus en plus de visibilité, et au sein même de l'Église. Depuis l'année 2009 déjà, le diocèse d'Autun organise un pèlerinage réservé aux hommes, le pèlerinage Saint Joseph1. Dans ce même diocèse toujours, c'est aujourd'hui la communauté de l'Emmanuel qui ouvre ses portes aux tenants du masculinisme en organisant, du 20 au 23 octobre 2016, un camp Optimum2.

La rencontre interreligieuse d'Assise : la violence occultée

21/10/2016

À Assise, du 18 au 20 septembre 2016, s’est déroulée la rencontre interreligieuse pour la paix, à l’initiative du Pape François. L’objectif était de « désolidariser les religions et la violence ». Le pape François a eu des paroles fortes comme celles-ci : « Ne nous lassons pas de répéter que jamais le nom de Dieu ne peut justifier la violence. » 

Femmes, Église, Monde, le supplément de L’Osservatore Romano

12/10/2016

En mai 2012 est paru un supplément féminin à LOsservatore Romano, le journal du Vatican, intitulé Femmes, Église, Monde. C’est l’historienne Lucetta Scaraffia qui l’a lancé et qui en est la coordinatrice. Symboliquement, le premier numéro avait choisi la thématique de la Visitation, la rencontre de deux femmes, Élisabeth et Marie. Quatre ans plus tard, c’est un succès.

Du dernier rang

12/10/2016

Lucetta Scaraffia vient de publier un livre qui fait appel à son expérience, celle du « dernier rang » où sont indument placées les femmes dans l’Église. Son réquisitoire ardent est celui d’une historienne qui rappelle que le christianisme est profondément égalitaire dans sa conception des hommes et des femmes. De quoi applaudir des deux mains ! Avec humour et finesse, elle partage ses nombreuses expériences de l’indifférence ecclésiale actuelle envers les femmes et entraîne son lecteur vers les éclairages inédits que sa grande culture permet.

Anne Soupa, la Bible, le comité de la jupe et le dialogue inter-religieux.

12/10/2016

Tout récemment, Anne Soupa a été l’invitée de l’émission mensuelle « Pensée juive » animée par les enseignants de l’Institut Rachi, sur la radio RCF. Occasion pour elle de réaffirmer, en 20 minutes, sa passion sans limite pour la Bible, mais aussi d’expliquer sa lutte, avec Le Comité de la Jupe, contre le sexisme dans l’Église et, au-delà, dans toute religion.

En refusant de pratiquer la langue de buis le pape François prend le risque de ces polémiques par quoi la société se défausse de tout débat avec l’Église.  

07/10/2016

Les papes devraient se méfier des « petites phrases » livrées, comme ça, aux journalistes, dans les avions qui les ramènent de voyages à l’étranger. Surtout à l’ère de twitter et des réseaux sociaux. On se souvient du tollé mondial provoqué, en mars 2009, par les propos de Benoît XVI de retour d’Afrique, expliquant à propos du Sida : « On ne peut le résoudre en distribuant des préservatifs. Au contraire, ils augmentent le problème. » Patatras, voilà que le pape François tombe dans le même piège. Interpelé le 1er octobre par une mère de famille, dans une église de Tbilissi, sur la théorie du genre, il avait répondu y voir « un grand ennemi du mariage ».

Pages