Rubriques et derniers articles de la Jupe

À trois conditions. Pourquoi ne pas donner la parole à des femmes et à des hommes laïcs ?

21 avril 2016

Dans l'Église de l'époque post-conciliaire, depuis que le Pape Jean avec un discernement prophétique identifia parmi les « signes des temps » l’entrée de la femme dans la vie publique, nous entendons souvent des voix s'élever pour demander une plus grande valorisation de la femme dans l'Église, sa plus grande participation aux diverses institutions qui la dirigent et l'organisent, une reconnaissance de toutes les facultés que, en tant que baptisée, elle possède de plein droit.

Les femmes qui prêchent

11 avril 2016

À l’époque de Jésus, parmi les pauvres, personne n’est plus pauvre qu’une veuve, une femme sans homme, donc sans droits ni protection. Le monde et la société dans laquelle Jésus vit et évolue sont fondamentalement structurés sur un modèle patriarcal ; les femmes sont socialement invisibles, d’une invisibilité typique d’une condition juridique de minorité, et même d’exclusion.

Si cette année encore (et encore) les femmes annoncaient la Résurrection

 Ce n’est déjà plus la nuit, ce n’est pas encore le jour. Trois femmes sont en marche, chacune avec son chagrin, vers celui qu’elles ont tant écouté, tant aimé. Dans leurs mains, les aromates destinés aux morts. Mais voici que la pierre du tombeau est roulée, et que le tombeau est vide ! À elles d’annoncer la Bonne Nouvelle, leur dit l’Ange, la Bonne Nouvelle de la Résurrection ! 

La place des femmes dans l'Église passe aussi par le langage.

4 mars 2016

La présence des femmes dans l’Église n’est plus à démontrer, mais qu’en est-il de leur place et de leur visibilité ? Une personne ou un groupe n’existe que lorsqu’elle/il est nommé-e, lorsque le langage l’inclut, lorsqu’elle/il peut être désigné-e et avoir ainsi la même visibilité, la même place que les autres ; la société, les pairs, l'autorité reconnaît alors son existence et son importance.

Pages